24/12/2007

Poitiers: église Notre-Dame-la-Grande

IMG_4373 [Web520]
L'église Notre-Dame-la-Grande de Poitiers tient son nom de l'église Ste-Marie-Majeure de Rome. Elle a été bâtie sur l'emplacement d'un ancien temple gallo-romain.

La première mention de Notre-Dame-la-Grande remonte à 924 (cartulaire de Redon), mais aucune source ne nous indique l'époque exacte à laquelle fut édifié le magnifique édifice que nous avons aujourd'hui sous nos yeux et que, par comparaison, l'on date des XIe et XIIe siècles.

IMG_4400a [Web520]

L'autorité exercée par l'évêque de Poitiers sur son chapitre, les liens entretenus par le corps de la ville avec elle, la vénération dont témoignait la population à l'égard de la statue de Notre-Dame des clefs qui s'y trouve encore aujourd'hui conservée, n'ont pas peu contribué à en faire le sanctuaire le plus estimé et le plus renommé de la ville.

IMG_4388 [Web520]

Situé au centre de l'antique cité de Poitiers, à proximité du palais des comtes de Poitou, ducs d'Aquitaine, il semble avoir eu moins de liens avec ces derniers qu'avec l'évêque de Poitiers, qui désigne l'abbé chargé de diriger sa communauté de chanoines, ou avec le corps de ville, qui délibère volontiers dans sa salle capitulaire et, depuis au moins 1428, célèbre chaque année, le lundi de Pâques, un légendaire miracle en promenant autour des remparts de la ville la Vierge dite des Clefs, statue très vénérée encore conservée de nos jours dans le choeur de l'église.

Durement meurtrie lors du sac de 1562, elle a été pourvue depuis lors d'un mobilier qui compte quelques pièces exceptionnelles.

Façade.

IMG_4373A 260
Sculpté et peint au XIIe siècle, ce chef d'œuvre de l'art roman, caractéristique de l'architecture poitevine, se lit comme un livre d'images, de gauche à droite et de bas en haut.

De part et d'autre de cette façade, deux lanternons ajourés sont supportés par un faisceau de colonnes.

De 1992 à 1995, une restauration exemplaire a permis de retrouver tout l'éclat de la façade de Notre-Dame. Parmi les causes de dégradation, il y avait l'érosion naturelle de la pierre, la pollution atmosphérique, mais aussi, plus surprenant, le sel, dû à la présence, entre autres, au XVIIIe siècle d'une échoppe de marchands sauniers accolée à la façade.

IMG_4377 [Web520]

La composition générale de la façade s'organise sur trois niveaux. Le portail à quatre voussures est encadré de deux arcades en arc brisé avec à l'intérieur des arcatures jumelées. Au-dessus, une grande baie est encadrée d'une double rangées d'arcatures qui abritent les apôtres et deux évêques. Enfin, le Christ en majesté apparaît sur la pointe du pignon dans une gloire en amande.

Premier niveau.

Les sculpteurs de la frise au-dessus du portail illustrent les scènes de l'Ancien et du Nouveau testament. Les têtes des sculptures ont été mutilées lors des guerres de religion.

IMG_4381 [Web520]

S'inspirant du Drame des prophètes, drame liturgique tirant sa matière d'un sermon du Ve siècle, la frise sculptée courant à la partie supérieure du premier niveau raconte tour à tour le péché originel, l'annonce du rachat de l'humanité par la venue du Messie, puis la venue de ce dernier.

IMG_4385 [Web520]
 

Malgré les dommages subis en 1562, l'ensemble - qui était peint, ainsi que l'attestent de nombreux restes de couleurs - contient de magnifiques morceaux de sculptures.

IMG_4384 [Web520]

De gauche à droite, on peut voir :

01

1 - La tentation : Adam et Eve, et l'arbre autour duquel s'enroule le serpent.

02

2 - Le roi Nabuchodonosor, roi de Babylone.

03-04-05-06

3, 4, 5, 6 - Quatre prophètes, Daniel, Jérémie, Isaïe et Moïse annonçant le salut.

07

7 - L'Annonciation : l'archange Gabriel annonce à Marie qu'elle sera mère du Sauveur. La robe de la Vierge conserve quelques traces de bleu, vestige de la polychromie de la façade.

08

8 - Jessé, ancêtre de David.

09

9 - Sans doute David jouant de la harpe.

10

10 - La Visitation : la Vierge visite sa cousine Elisabeth.

11

11 - La Nativité : la Vierge Marie allongée, l'Enfant Jésus, le bœuf et l'âne.

12

12 - Le bain de l'Enfant Jésus.

13

13 - Saint Joseph.

14

14 - Deux personnages qui s'embrassent ou luttent.

 Deuxième niveau.

IMG_4393 [Web520]

Les quatorze arcs du second niveau de la façade contiennent les statues de huit apôtres assis et, au-dessus, celles de quatre apôtres et deux évêques ou abbés debout. Bien qu'ils ne portent point d'attributs distinctifs, on veut voir en ces derniers saint Hilaire, premier évêque historique de Poitiers, et son disciple saint Martin, fondateur aux portes de Poitiers de l'une des premières abbayes d'Occident, Ligugé, avant de devenir évêque de Tours. Parmi les apôtres, on reconnaît aisément saint Pierre, qui tient ses clefs à la main gauche et dont le visage, l'un des rares à être absolument intact, est d'une qualité d'exécution tout à fait exceptionnelle.

15-16-17-18
19-20-21-22
23-24
25-26

15 à 26 - Les douze apôtres.
27
28
27 et 28 - Deux évêques, probablement St Hilaire et St Martin

Troisième niveau.

Le pignon de la façade, divisé en deux parties par un bandeau, est construit de façon fort savante en appareil circulaire dans sa partie inférieure et réticulé dans sa partie supérieure. Au milieu de ce pignon est disposée une grande mandorle, au centre de laquelle se dresse un grand Christ tenant le Livre à la main gauche et bénissant de la droite. Au-dessus de lui apparaissent en buste le soleil et la lune, tandis qu'à ses côtés sont figurés les symboles ailés des quatre évangélistes : l'homme de saint Matthieu et le lion de saint Marc à sa droite, l'aigle de saint Jean et le taureau de Luc à sa gauche.

IMG_4374 [Web520]

29 - Christ en gloire dans une mandorle, entouré des symboles des évangélistes et surmonté du soleil et de la lune (une palme de lumière et un croissant)

Les arcades et les colonnes de la façade sont en outre ornées d'un décor végétal d'un bestiaire fantastique.

IMG_4382 [Web520]

IMG_4383 [Web520]

IMG_4386 [Web520]

Extérieur.

IMG_4404 [Web520]

Des chapelles ont été ajoutées au XVe et XVIe siècles contre le chœur et le collatéral gauche, ce qui en a modifié le plan, les grandes masses des volumes n'ayant guère changé.

IMG_4401 [Web520]

Le clocher, qui s'élève au-dessus de la dernière travée de la nef, est composé d'une souche carrée ornée de trois arcs au nord et deux au sud, puis d'un étage carré dans lequel deux baies s'ouvrent sur chaque face et enfin d'un étage circulaire à couverture conique percé de douze baies jumelées.  Ce clocher date du XIIe siècle et apparaît très particulier grâce à sa tourelle ajourée surmontée d'un toit en écailles en forme de pomme de pin.

Intérieur.

IMG_4653 [Web520]

L'intérieur de l'église a été repeint de manière un peu trop chargée en 1851. La nef principale est dépourvue de fenêtre, comme les églises romanes poitevines, ce qui rend l'édifice particulièrement sombre, comme la plupart des édifices romans. Elle est voûtée en berceau et est dépourvue de transept. Les bas-côtés sont voûtés d'arêtes.

IMG_4655 [Web520]

Le choeur est fermé par six grosses colonnes rondes qui portent une voûte décorée d'une fresque du XIIe siècle.

IMG_4659a [Web520]

Dans le chœur, la statue de Notre-Dame des Clefs, datée du XVIe siècle, symbolise un miracle survenu en 1202 : les clefs de la ville disparurent lorsqu'un traître voulu les remettre au Anglais et réapparurent dans les mains de la statue de la Vierge, miracle qui fit fuir les Anglais.

IMG_4662 [Web520]

Dans la chapelle du Fou, située dans le bas-côté droit, a été installée - sous l'enfeu qui abritait à l'origine les restes de son fondateur, Yvon du Fou, sénéchal du Poitou, et de sa femme - une mise au tombeau en pierre polychrome d'un auteur anonyme, probablement italien, datée 1555 au dos de l'un des personnages.

On y voit le Christ déposé dans un beau sarcophage par Joseph d'Arimathie et Nicodème, sous les regards de la Vierge, soutenue par saint Jean, et de deux saintes femmes. Ce bel ensemble, qui comptait à l'origine deux personnages supplémentaires, avait été offert par Renée d'Amboise à l'abbaye aujourd'hui détruite de la Trinité, dont l'abbesse était alors la soeur de la donatrice.

18:00 Écrit par Luckybiker dans Eglises | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : poitiers |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.