13/02/2009

Reims: Musée Saint-Remi.

IMG_0471 [Web520]
La cour d'honneur de l'ancienne abbaye Saint-remi, reconvertie en musée, donne accès à un bâtiment à la majestueuse façade Louis XVI.

IMG_0472 [Web520]
La cour d'honneur de l'ancienne abbaye Saint-Remi avec vue vers la basilique Saint-Remi.

Le musée est installé dans les bâtiments de l'ancienne Abbaye Royale de Saint-Remi, classés au Patrimoine Mondial par l'Unesco. Ses très riches collections illustrent l'histoire de Reims et de sa région, de la Préhistoire à la renaissance, dans de vastes salles réparties autour du cloître. 

Les moines bénédictins de l'Abbaye avaient la garde de la Sainte Ampoule apportée, selon la légende, par la colombe du Saint-Esprit à saint Remi lors du baptême de Clovis en 498. 

IMG_0473 [Web520]

 IMG_0475 [Web520]
Le cloître daté de 1709 a été construit sur les plans de Jean Bonhomme et est adossé à la basilique dont les arcs-boutants s'imbriquent dans l'une des galerie de l'abbaye.

Une salle d'histoire militaire rappelle que les bâtiments abbatiaux devinrent hôpital militaire durant les guerres de la Révolution et du premier Empire. La salle capitulaire aux chapiteaux romans et le grand escalier d'honneur de 1778 témoignent du prestige de l'Abbaye Saint-Remi.

IMG_0476 [Web520]
La salle capitulaire.

IMG_0480 [Web520]
Ancien réfectoire des moines regroupant les collections romaines.

IMG_0478 [Web520]
Tombeau de Jovin.

Ce sarcophage en marbre est attribué à Flavius Jovinus qui fut général en chef de l'armée romaine en Gaule sous l'empereur Valentien 1er, au début de l'année 367. Il remporta plusieurs victoires sur les Alamans. Ces victoires lui valurent d'être nommé consul.

C'est à Rome que Jovin fit l'acquisition de ce sarcophage réalisé un siècle plus tôt et qu'il fit resculpter les têtes du cavalier à son image. Jovin, peut-être natif de Reims, y résida et y mourut. Converti au christianisme, il construisit la première église de Reims, saints Agricole et Vital, où son tombeau fut placé.

IMG_0477 [Web520]

IMG_0491_06 [Web520]
Le superbe escalier d'honneur date de 1778 et mène à la galerie où se trouve la série des dix tapisseries de Saint-Remi.

IMG_0491_04 [Web520]

IMG_0491_03 [Web520]
Les dix tapisseries de Saint-Remi furent exécutées de 1523 à 1531. Chacune d'elles se décompose en différents tableaux qui évoquent la vie du saint patron de la ville et les miracles qui la jalonne.

 IMG_0481 [Web520]
Salle gallo-romaine de l'étage.

IMG_0484 [Web520]

IMG_0483a [Web520]

IMG_0482 [Web520]

Cette riche demeure rémoise, édifiée au milieu du XIIIème siècle, avait sa façade ornée de cinq grandes statues représentant le maître de maison (au centre) entouré de quatre musiciens.

On rapproche ces sculptures de l'atelier qui travailla à l'exécution de certaines statues des rois de la cathédrale.

Les "ménestriers" illustrés ici, sont les suivants, de gauche à droite: le joueur de fifre et de tambourin, le joueur de chevrette, le joueur de harpe et le joueur de rebec.

Située au coeur de la ville médiévale, rue du tambour, près de l'hôtel de ville, cette maison fut détruite par les bombardements allemands en 1917; heureusement, l'essentiel des culptures ayant été sauvé, cette reconstruction fidèle de la façade du premier étage a pu être réalisée au musée en 1981 et 1982 avec les éléments d'origine.

IMG_0485 [Web520]
Gargouille en pierre de la cathédrale crachant le plomb fondu de la toiture - Souvenir de l'incendie du 19 septembre 1914.

IMG_0488 [Web520]

IMG_0488a [Web520]
Tympan roman ayant surmonté une fenêtre géminée d'une riche demeure de Reims (vers 1160-1180): les trois scènes représentées passent pour symbolisent la science, la force et l'amour.

IMG_0491_01 [Web520]
La salle consacrée au Reims gothique présente les vestiges de monuments civils et religieux disparus, notamment les éléments sculptés de l'église Saint-Nicaise détruite au XVIIIe siècle.

IMG_0491_02 [Web520]
Culot de retombée de voûte.

 

18:30 Écrit par Luckybiker dans Musées | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : reims, remi, tapisserie, sarcophage |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.