19/01/2008

Uccle: de l'Observatoire à Saint-Job

Cette petite promenade au départ de l'Observatoire de Uccle vous fera découvrir dans un premier temps le patrimoine architectural de l'avenue Circulaire et, dans un second temps, les ruelles et sentiers de la Montagne de Saint-Job.


Agrandir le plan

St-Job 032 [Web520]

Face à l'Observatoire de Uccle se dresse la statue du Roi Baudouin, oeuvre de Elisabeth Barmarin (1996). C'est le point de départ de cette promenade.

St-Job 033 [Web520]

Construit entre 1884 et 1890 par l'architecte Octave Van Rysselberghe, l'Observatoire royal de Belgique occupe une enceinte de 12 hectares parfaitement circulaire. L'Institut royal météorologique vint compléter le site en 1913 et l'Institut d'aéronomie spatiale en 1964.

St-Job 028 [Web520]

Face à l'Observatoire, au n° 99 de l'avenue Houzeau, se trouve l'habitation Van de Velde, construite en 1937 par Adrien Blomme en association avec son fils Yvan. Les lignes horizontales de cette construction sont interompues par l'élan vertical de la cage d'escalier qui sépare l'habitation à gauche des locaux de service situés à droite.

St-Job 027 [Web520]

Un peu plus bas dans l'avenue, au n°87, l'Athénée royal d'Uccle a été réalisé par l'architecte Henri Jacobs en 1917 et terminé seulement en 1921, période qui vit la fin de l'Art Nouveau.

St-Job 037 [Web520]

Aux n° 124-126 et 128-130 de l'Avenue de l'Observatoire, à l'angle de l'avenue Circulaire, on remarque deux paires de constructions jumelées construites en 1912 par Octave Van Rysselberghe.

St-Job 040 [Web520]

Au n°70 de l'avenue Circulaire, Les Epinglettes est une villa de campagne conçue par Victor Horta pour l'avocat Maurice Frison. Une annexe fut ajoutée par Victor Horta une douzaine d'années plus tard sur la gauche de la villa lorsque Maurice Frison fit de cette villa sa résidence principale.

St-Job 041 [Web520]

La promenade se poursuit le long de l'avenue Circulaire jusqu'à la rue de l'Equateur qui descend jusqu'à la place de Saint-Job.

St-Job 044 [Web520]

Au n°45 de la rue de l'Equateur, la Fondation Prince Laurent occupe une ancienne centrale des Téléphones et Télégraphes conçue en 1950 par Gaston Brunfaut. Ce bâtiment se caractérise par l'horizontalité dominante de sa façade de la rue de l'Equateur, un arrondi le long de l'avenue Albert lancaster et, à gauche du perron d'entrée, par une travée courbe vitrée et en ressaut qui abrite l'escalier intérieur et dissimule une porte de garage située à l'arrière du bâtiment.

St-Job 047 [Web520]

Après avoir emprunté à droite l'avenue Latérale et emprunté à gauche le pont sur le chemin de fer, on descend l'avenue Jean et Pierre Carsoel. Au n°5, le restaurant Le Pré en Bulles est aménagé dans la plus ancienne maison du quartier.

St-Job 050 [Web520]

Un peu plus bas, dans une impasse à gauche, une habitation en brique à caractère rural porte le millésime 1671. Cette maison a logtemps abrité le café-restaurant de L'Abreuvoir. laissée ensuite à l'abandon, elle est actuellement occupée par un bureau d'architecture d'intérieur.

St-Job 054 [Web520]

Saint-Job constituait au Moyen Age l'une des seigneuries indépendantes qui, avec un petit village du duché de Brabant, constituaient alors le territoire actuel de la commune d'Uccle. Du XIIIe siècle à 1668, cette seigneurie de Carloo avait son centre sur l'actuelle place de Saint-Job où trois manoirs furent successivement édifiés, le dernier ayant disparu en 1790, ravagé par un incendie.

St-Job 053 [Web520]

L'église de Saint-Job, construite en 1911, est l'oeuvre de l'architecte Bilaeyer.

St-Job 059 [Web520]

De la place Saint-Job, il faut gravir la rue Montagne de St-Job pour découvrir les petites maisons de ce quartier. En haut de la rue, à hauteur d'une petite plaine de jeux, on obliquera à droite vers le Plateau Avijl.

St-Job 073 [Web520]

Sur le Plateau Avijl, un sentier rectiligne longe à gauche des bosquets et à droite des jardins potagers parsemés d'abris de jardins hétéroclytes avant d'obliquer vers la gauche le long d'une prairie pour redescendre vers la Vieille rue du Moulin que l'on remontera vers la gauche.

St-Job 082 [Web520]

La Vieille rue du Moulin oblique ensuite à droite. La suivre jusqu'au n°112 où l'on emprunte à gauche en sentier pittoresque jusqu'à la rue du Ham. Quelques habitations typiques se cachent le long de ce sentier, à l'abri de la circulation pourtant assez tranquille dans le quartier.

St-Job 083 [Web520]

Après avoir obliqué à gauche dans la rue du Ham et avoir parcouru celle-ci sur quelques dizaines de mètres, prendre le sentier entre les n°51 et 53 qui rejoint la Montagne de Saint-Job.

St-Job 084 [Web520]

En prenant à droite la rue de la Montagne de Saint-Job, on reprend la rue empruntée tout à l'heure dans le sens inverse. Plutôt que de redescendre jusqu'à la place de Saint-Job, on obliquera à gauche par le Chemin Avijl bordé dès l'entrée par les jardins et cours de quelques habitations.

St-Job 064 [Web520]

Plus loin, ce sentier pavé devient un peu plus campagnard en parcourant l'arrière des jardins.

 

St-Job 066 [Web260]
St-Job 088 [Web260]

Au bout d'un bâtiment, le chemin Avijl oblique brusquement sur la droite pour resdescendre par des escaliers en pierre jusqu'à la rue Jean Benaets que l'on traverse en obliquant sur la gauche pour descendre encore par un autre sentier le long de l'école pour aboutir à la chaussée de St-Job.

En prenant la chaussée de St-Job sur la droite, on rejoint la place de St-Job. On remonte l'avenue J.et P. Carsoel à gauche, on traverse le pont du chemin de fer et, toujours à gauche, on suit l'avenue J. et P.Carsoel jusqu'à la rue de la Pêcherie puis, à droite, la rue baron Perelman et l'avenue Mercure jusqu'à l'Observatoire.

St-Job 091 [Web520]

Au n°292 du Dieweg, un peu à gauche de l'avenue Circulaire, Henry Van de Velde réalisa sa dernière oeuvre pour le docteur Charles Grégoire, professeur de médecine à l'Université Libre de Bruxelles. Construite en 1933, cette maison modeste s'apparente déjà, par ses volumes cubistes, au style des architectes modernistes contemporains.

St-Job 094a [Web520]

Un peu plus loin, au n°146 de l'avenue Circulaire, la villa Norine fut construite en 1925 par Victor Dirickx pour le banquier Frick qui portait un nom prédestiné... Cette villa art déco est inspiré du nom d'Honorine Deschrijver, couturière réputée à Bruxelles pendant les "années folles". Mais on se sait quelles sont les circonstances qui ont associé le nom de cette célibrité avec cette maison.

 

15:08 Écrit par Luckybiker dans Villes | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : uccle, observatoire, saint-job, st-job, job, architecture, art deco |  Facebook |