26/12/2008

Reims: Palais de Tau

IMG_0416 [Web520]

Ancienne résidence archiépiscopale, le Palais de Tau doit son nom à son plan en T. Peu avant 1500, Guillaume Briçonnet le dota d'une grande et lumineuse salle d'honneur au décor flamboyant où se tenaient, entre autres, les festins des sacres.

IMG_0418 [Web520]

Deux siècles plus tard, Charles-Maurice Le Tellier le transforma en palais classique qui abrite depuis 1972 un musée consacré à la statuaire originale, aux tapisseries et au trésor de la cathédrale.

IMG_0491_23 [Web520]

IMG_0491_08 [Web520]

IMG_0491_21 [Web520]

Tête de St-Jean, 3ème quart du XIIIe siècle, façade occidentale, tour nord; statue détruite en 1914 et remplacée par une copie en pierre en 1958.

IMG_0491_11 [Web520]

IMG_0491_13 [Web520]

IMG_0491_15 [Web520]

Reliquaire de la Sainte Epine.

 

On y voit en particulier le reliquaire de la sainte Ampoule destinée aux onctions royales. Cette huile miraculeuse associée au baptême de Clovis était jadis conservée dans la Basilique Saint-Remi, haut lieu de la mémoire des sacres.

IMG_0491_14 [Web520]

Reliquaire de Sainte Ursule.

IMG_0491_16 [Web520]

IMG_0491_17 [Web520]

15:45 Écrit par Luckybiker dans Musées | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : reims, palais, musee, tau |  Facebook |

25/12/2008

Reims: Musée - Hôtel Le Vergeur

IMG_0164 [Web520]

Sur la place du Forum, devenue au Moyen Age la place des Marchés, se dressaient les hôtels particuliers de la bourgeoisie commerçante, avec leurs hauts pignons.

IMG_0168 [Web520]

Nicolas Le Vergeur est le propriétaire qui, vers 1520, enrichit la cour de cette demeure médiévale d'un remarquable décor Renaissance où les curiosités du Nouveau Monde rejoignent les modes italiennes.

IMG_0171 [Web520]

Aujourd'hui, cette maison doit plus encore à Hugues Krafft qui la releva de ses ruines après 1918 et la légua avec tout son mobilier à la Société des Amis du Vieux Reims.

IMG_0167 [Web520]

L'Hôtel Le Vergeur est à la fois la demeure raffinée d'un mécène, grand voyageur et collectionneur, et un conservatoire de la mémoire de la cité : c'est aujourd'hui un musée ouvert au public, présentant aussi deux séries de gravures d'Albrecht Dürer.

IMG_0169 [Web520]

10:45 Écrit par Luckybiker dans Musées | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : reims, hotel, musee, le vergeur |  Facebook |

20/12/2008

Reims: visite de la ville et de ses principales curiosités.


Agrandir le plan

Cette ballade prend son départ au Square Colbert, face à la gare. Elle vous fera découvrir les principaux sites, monuments et musées de la ville - avec bien évidemment sa cathédrale - avec un pointe jusqu'au quartier Saint-Remi pour visiter la basilique et le musée du même nom qui ne manquent pas d'intérêt.

panorama [Web520]

La Porte de Mars fut construite vers l'an 200 et est l'une des quatre portes qui permettaient l'accès à la ville de Durocortorum. Sa largeur de 33 mètres en faisait la plus large du monde romain.

IMG_0151 [Web520]

Au n°6 de la Rue de Mars, une belle façade Art-déco est décorée de panneaux de mosaïque qui illustrent l'élaboration du champagne.

IMG_0158 [Web520]

L'Hôtel des Comtes de Champagne est une demeure gothique qui appartient à la maison Taittinger.

IMG_0157 [Web520]

La façade de l'Hôtel de Ville date du début du XVIIe siècle. Le bas-relief de sa façade représente Louis XIII.

IMG_0172 [Web520]

Le cryptoportique gallo-romain à demi-enterré date du 3ème siècle après J.-C. Il servait au stockage du grain en sous-sol et à la promenade en surface. C'est l'un des cinq cryptoportiques recensés qui subsistent aujourd'hui.

IMG_0170 [Web520]

Le Musée-Hôtel LeVergeur a été construit au XIIIe siècle par le grainetier Nicolas Le Vergeur. C'est Hugues Krafft qui en fit don aux Amis du Vieux Reims en 1935 pour en faire un musée qui conserve aujourd'hui un intéressant mobilier et des gravures originales d'Albrecht Dürer.

IMG_0175 [Web520]

L'Hôtel de la Salle, bâti de 1545 à 1556, est un édifice de style Renaissance où naquit Jean-Baptiste de la Salle qui, bien qu'issu d'une famille aristocratique, se consacra entièrement à l'éducation des pauvres.

IMG_0174 [Web520]

La Place Royale a été établie sur les plans de Legendre en 1760 dans le style de l'architecture Louis XVI. La statue de Louis XV est due à Cartellier et remplace une statue précédente détruite à la Révolution.

IMG_0181 [Web520]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Porte du Chapitre et ses deux tourelles en encorbellement date du XVIe siècle et donnait accès à l'enclos canonial.

 IMG_0310 [Web520]

La cathédrale Notre-Dame de Reims , classée au Patrimoine mondial de l'Unesco, est un joyau de l'art gothique et un haut lieu de l'histoire de France où venaient se faire sacrer les rois de l'ancien régime.

IMG_0410 [Web520]

Le chevet de la cathédrale, visible depuis le cours Anatole-France permet de découvrir la multiplicité des chapelles rayonnantes et des arcs-boutants. On y découvre également l'arrière du Palais de Tau et de sa chapelle.

IMG_0417 [Web520]

Le Palais de Tau, ancienne résidence des archevêques de Reims, doit son nom à son plan en forme de T. Il fut aménagé pour accueillir les futurs souverains qui venaient se faire couronner dans la cathédrale voisine. Ce Palais abrite aujourd'hui le trésor de la cathédrale ainsi qu'une partie de sa statuaire originale.

IMG_0419 Conservatoire rue Gambetta [Web520]

Dans la rue Gambetta qui se dirige vers le quartier Saint-Remi, le Conservatoire National de Musique et de Danse dresse les courbes de sa façade moderne qui contraste dans le contexte urbain.

IMG_0421 [Web520]

L'ancien collège des Jésuites et sa chapelle se dressent sur la place Museux. Devenu un musée, ce collège est actuellement fermé pour travaux jusqu'en 2012.

IMG_0424 [Web520]

La Basilique romano-gothique Saint-Remi impressionne par sa taille. Construite à partir du XIe siècle, elle abrite les reliques de saint Remi dont le tombeau, construit en 1847, occupe le centre du choeur.

IMG_0440 [Web520]

A proximité de la basilique, une statue représentant le baptême de Clovis par saint Remi se dresse devant les vestiges de l'église St-Julien du XIIe siècle, détruite pendant la Révolution. C'est dans ce quartier que Victor Hugo rencontra une bohémienne et un sonneur de cloches qui lui inspirèrent les personnages de Esmeralda et de Quasimodo dans "Notre-Dame de Paris".

IMG_0472 [Web520]

Voisin de la basilique, le Musée Saint-Remi est installé dans l'ancienne abbaye Saint-Remi qui date des XVIIe et XVIIIe siècles. Ce musée conserve d'importantes collections relatives à l'histoire rémoise de la préhistoire à la Seconde Guerre mondiale.

IMG_0197 [Web520]

Le Palais des Beaux-Arts est installé dans l'ancienne abbaye Saint-Denis du XVIIIe siècle. Les collections du musée se signalent essentiellement par de nombreux impressionnistes dont notamment une belle collection de 26 peintures de Corot. Mais toute la peinture du XVIe au XXe siècle y est parfaitement représentée.

IMG_0282 [Web520]

L'église St-Jacques relève d'un style gothique pur des XIIIe et XIVe siècles mais avec un choeur gothique flamboyant du début du XVIe siècle. Les vitraux abstraits de cette église sont dûs à Vieira da Silva pour les chapelles latérales et à Sima pour le choeur.

20:49 Écrit par Luckybiker dans Villes | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : reims, cathedrale, eglise, musee |  Facebook |

10/12/2007

Visite de Poitiers.

La ville de Poitiers doit sa renommée actuelle à la présence du Futuroscope voisin. Lors de la création de ce parc d'attraction, la ville vit rapidement son activité économique se développer grâce à la présence des touristes qui séjournaient en ville et apportaient prospérité aux commerces. Aujourd'hui, plus aucun touriste ne séjourne en ville (gérée par des hommes "de gauche"), toute l'activité touristique se concentrant sur le Futuroscope devenu un vaste parc d'attraction, d'entreprises tertiaires et d'hôtels pour tourisme d'un week-end (financés par des hommes "de droite")...

La ville de Poitiers ne manque pourtant pas de charme. Elle garde une échelle tout à fait humaine et de manque pas d'allier sur son territoire histoire et modernité. Rues calmes, placettes agréables, anciens quartiers ne manquant pas de pittoresque, monuments historiques, musées intéressants, quartiers commerçants et restaurants agréables: de quoi satisfaire le touriste qui préfère la véritable découverte artistique et historique à la foule bigarée d'un Futuroscope dont le côté gadget, bien que plaisant, n'ouvre tout compte fait que très peu les portes de notre futur.


Agrandir le plan - Cliquez sur les repères pour afficher les photos et descriptions

La présente balade démarre dans le quartier St-Hilaire, situé un peu à l'écart du centre de la ville, pour gagner les vieux quartiers du nord puis, par le centre, descendre vers la cathédrale et le musée Sainte-Croix, gagner les bords du Clain puis le point de vue de Notre-Dame des Dunes avant de regagner le centre-ville.

1. EGLISE SAINT-HILAIRE-LE-GRAND.

Etape sur les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle depuis le XIIe siècle et, à ce titre, classée au patrimoine mondial de l'Unesco, l'église romane Saint-Hilaire-le-Grand (XIe siècle), est exceptionnelle par son architecture et ses peintures murales.

IMG_4233 [Web520]

IMG_4196 [Web520]

 

2. HOTEL DE VILLE - PLACE DU MARECHAL LECLERC.

Edifié dans le style architectural monumental du XIXe siècle, l'hôtel de ville semble répondre en écho à la préfecture située à l'autre extrémité de la rue Victor-Hugo. Son escalier de pierre est inspiré de celui de l'opéra Garnier, et l'un de ses grands salons est éclairé par un vitrail représentant Aliénor d'Aquitaine.

IMG_4236 [Web520]

 

3. MUSEE RUPERT DE CHIEVRES.

Le musée Rupert de Chièvres s'est installé dans l'hôtel particulier d'un gentilhomme poitevin du XIXe siècle, grand collectionneur d'art : François Rupert de Chièvres.

IMG_4246 [Web520]

L'ancien hôtel particulier, dont l'atmosphère de maison de collectionneur a été reconstituée, abrite la peinture ancienne et les arts décoratifs du XVe au XVIIIe siècle. On y trouve des peintures flamandes, italiennes, hollandaises, du mobilier, des émaux, des faïences...

IMG_4248 [Web520]

Majoliques et pots à pharmacie côtoient de précieux émaux peints de la Renaissance ainsi qu'un ensemble de mobilier représentatif de l'évolution des styles à l'époque moderne.

Tableaux d'histoire, scènes de genre, portraits flamands et hollandais du Siècle d'or constituent un des points forts des collections de peinture, avec la galerie de portraits français du XVIIIe siècle, et plusieurs chefs-d'oeuvre des écoles italiennes.

IMG_4249 [Web520]

Des expositions temporaires permettent également de découvrir la richesse du cabinet d'arts graphiques des musées de Poitiers.

IMG_4252 [Web520]

 

4. PREFECTURE.

La préfecture, construite au XIXe siècle, jouxte les bâtiments du conseil général résolument modernes. A l'arrière, les grandes portes-fenêtres ouvrent sur un parc agréablement boisé.

IMG_4259a [Web520]

 

5. EGLISE SAINT-PORCHAIRE.

Située rue Gambetta, artère piétonne et commerçante, l'église Saint-Porchaire se remarque par  son clocher-porche dans lequel se trouve la vénérable cloche Anne, offerte par la ville de Poitiers à l'université, date de 1451.

Derrière le clocher, les deux nefs de l'église ont été reconstruites au XVIe sicèle.

 

IMG_4264 [Web520]

IMG_4271 [Web520]

 

6. PALAIS DE JUSTICE.

Le Palais de justice s'est installé dans l'ancien palais des comtes de Poitou et ducs d'Aquitaine. Dans l'immense salle des Pas Perdus, trônent trois majestueuses cheminées surmontées de lumineuses verrières. Luc Besson y a tourné l'une des scènes de son film « Jeanne d'Arc ».

IMG_4281 [Web520]

Depuis le Palais de Justice, descendre par les vieilles rues de Poitiers devient véritablement un parcours de découvertes où il semble parfois que l'on remonte dans le temps. A chaque pas des façades anciennes , des hôtels particuliers et des placettes qui ne manquent pas de charme.

IMG_4295a [Web520]

IMG_4322 [Web520]

IMG_4325 [Web520]

 

7. HOTEL FUME.

Castel urbain de style gothique flamboyant, l'hôtel Fumé est un des fleurons de l'architecture civile poitevine.

Edifié entre la fin du XVe et le début du XVIe siècle par la puissante famille Fumé, l'hôtel s'élève dans l'une des rues les plus importantes de l'époque, la rue de la Chaîne.

IMG_4303 [Web520]

IMG_4306a [Web520]

Acquis par l'Université en 1919, l'édifice abrite alors la faculté des Lettres et Arts - aujourd'hui devenue faculté des Sciences Humaines et Arts -, dans  ce quartier intellectuel et étudiant, à quelques pas d'un autre hôtel du XVIe siècle, l'hôtel Berthelot, qui accueille quant à lui le Centre d'Etudes Supérieures de Civilisation Médiévale.

8. EGLISE SAINT-GERMAIN.

La charmante petite église Saint-Germain nichée au sein d'un quartier médiéval a été particulièrement bien mise en valeur. Bénéficiant d'une acoustique exceptionnelle, elle est devenue l'auditorium du Conservatoire national de région.

Des fouilles effectuées dans le quartier, à la fin du XIXe siècle ont révélé l'existence de bains publics gallo-romains de grandes dimensions et richement décorés. Ils compor­taient trois salles (chaude, tiède et froide) alimentées par un aqueduc ainsi qu'un vas­te terrain réservé aux exercices physiques. Ces thermes datés de la fin du 1er siècle ont été détruits et remplacés par une nécropo­le mérovingienne.

IMG_4335 [Web520]

Sur l'emplacement d'une partie des thermes, sera édifiée une église dédiée à saint Germain, évêque de Paris, venu en 552 consacrer la première abbesse de Sainte-Croix, à la demande de Radegonde.

Petite église d'une paroisse populaire, elle offre un riche panorama archi­tectural : XIIe siècle (abside rythmée par des contreforts, colonnes et nef), fin XIIe et début XIIIe (voûte sous le clocher), fin XVe et début XVIe (voûte de la nef de style gothique flamboyant et chapelle de la famille Berthelot de sty­le Renaissance).

IMG_4328 [Web520]

En 1789, l'église est désaffectée. Depuis 1977, le quartier fait l'objet d'un programme de rénovation dont l'oeuvre maîtresse fut la restauration et l'aménagement de l'église Saint-Germain.

IMG_4336 [Web520]

 

9. PLACE DE LA LIBERTE.

IMG_4353a [Web520]

Depuis que la réplique de la statue de la Liberté y a été installée en 1903, la place du Pilori a perdu son effrayante réputation. Rénové depuis peu, le site a confirmé un peu plus encore son identité de place de quartier.

IMG_4344 [Web520]

 

10. EGLISE NOTRE-DAME-LA-GRANDE.

La première mention de Notre-Dame-la-Grande remonte à 924, mais aucune source ne nous indique l'époque exacte à laquelle fut édifié le magnifique édifice que nous avons aujourd'hui sous nos yeux et que, par comparaison, l'on date des XIe et XIIe siècles.

Mais sa célébrité lui vient surtout de sa façade, cet "immense bas-relief" dont la restauration récente permet désormais d'en savourer tout à loisir le luxuriant décor et méditer sur le message de paix et d'espoir qui en a inspiré la composition.

IMG_4388 [Web520]

Fleuron de l'art roman, l'église Notre-Dame-la-Grande rayonne sur le coeur historique de Poitiers. Récemment restaurée, vous pourrez profiter de ses splendeurs le jour mais aussi la nuit grâce aux nouvelles Polychromies (création Schertzo).

IMG_4372 [Web520]

"La plus belle façade Romane du Monde", Notre-Dame la Grande, le joyau de la ville de Poitiers. La splendeur et l'éclat de sa façade du XIIe, aujourd'hui restaurée, minutieusement sculptée, trouve ici sa forme la plus parfaite de l'architecture romane poitevine. Elle se lit comme un livre d'images et raconte l'histoire de la Bible, celle des apôtres, des deux évêques St Hilaire et St Martin, et enfin, le Christ en Majesté. La nef principale est dépourvue de fenêtre, comme les églises romanes poitevines. Les fresques de la voûte du choeur datent du XIème, les peintures de la nef et des bas côtés de 1851.

L'intérieur de l'église conserve quelques superbes pièces de mobilier des XVIe et XVIIe siècles.

IMG_4382 [Web520]

 

11. EGLISE CATHEDRALE SAINT-PIERRE.

Construite à l'époque d'Aliénor d'Aquitaine, la cathédrale Saint-Pierre impose son style gothique plantagenêt, propre au sud-ouest de la France. Régulièrement, les trois grandes nefs s'animent au son de l'orgue Clicquot, construit au cours de la Révolution française.

IMG_4430 [Web520]

De très loin l'édifice le plus imposant de Poitiers de par ses dimensions. Sa construction fut commencée vers la fin du XIIe siècle, à la demande d'Aliénor d'Aquitaine. Elle est de style gothique angevin, à l'exception de la façade, qui avec sa rosace et trois portails à galbe, suit l'influence du gothique de l'Ile de France.

IMG_4450 [Web520]

Une collection de 18 verrières de la première moitié du XIIIe éclaire l'église : à noter le très beau vitrail, à l'intérieur du choeur, du XIIe siècle. Les stalles du choeur, du milieu du XIIIe sont parmi les plus anciennes de France. Les orgues du XVIIe siècle sont l'oeuvre de Clicquot.

 

 

 

 

 

 

 

 

12. BAPTISTERE SAINT-JEAN.

Le baptistère Saint-Jean, l'un des plus anciens de la chrétienté, abrite encore la piscine baptismale. Non moins superbes, les peintures romanes des XIIe et XIIIe siècles qui ornent l'intérieur de l'édifice.

IMG_4472 [Web520]

Le Baptistère Saint-Jean est le plus ancien monument chrétien de France. Il a en effet été bâti vers l'an 360, vraisemblablement sur ordre de Saint-Hilaire, premier évêque de Poitiers, avant d'être reconstruit au VIIe siècle. La curiosité la plus remarquable de la première époque est sans conteste la piscine octogonale, alimentée par un aqueduc et utilisée alors pour le baptême par immersion. Lors de la visite du Baptistère, on peut également contempler les peintures murales, dont les plus anciennes datent du XIe siècle. Le Baptistère abrite également un petit musée d'archéologie mérovingienne.

IMG_4480 [Web520]

Le baptistère Saint-Jean de Poitiers a pendant très longtemps été improprement appelé le Temple Saint-Jean. En effet, on a cru un temps que l'édifice était un temple car on ne trouvait pas de piscine baptismale. La piscine a été découverte en 1803 par Siauve, alors Commissaire de guerre en service à Poitiers.

13. MUSEE SAINTE-CROIX.

Il faut visiter le musée Sainte-Croix pour ses collections riches et variées, dont on retiendra notamment l'importante série de sculptures de Camille Claudel. Mais il faut également s'y rendre pour le bâtiment en béton brut, bel exemple d'architecture contemporaine.

IMG_4531a [Web520]

Situé à côté du baptistère Saint-Jean, il occupe l'emplacement de l'ancienne abbaye Sainte-Croix. Conçu en 1971 par l'architecte Jean Monge. Le département beaux-arts présente les grands courants artistiques des XIXe et XXe siècles.

La section archéologique rassemble au sous-sol des collections intéressant l'histoire du Poitou depuis la Préhistoire jusqu'à l'aube du Moyen Age. La section consacrée à la période romaine brille par quelques très belles pièces archéologiques.

IMG_4508 [Web520]

Le musée Sainte-Croix est, par l'importance et la qualité de ses fonds, le premier musée de la région Poitou-Charentes. Les collections sont présentées dans un bâtiment moderne conçu par l'architecte Jean Monge en 1971, édifié à l'emplacement de l'abbaye Sainte-Croix (XVIIe siècle.).

14. EGLISE SAINTE-RADEGONDE.

La légende nous rapporte qu'au VIe siècle, Radegonde a vaincu la monstrueuse Grand Goule. Dans la crypte de l'église, repose celle qui fut reine des Francs, moniale, puis sainte.

IMG_4541 [Web520]

Ancienne église Sainte-Marie-Hors-les-Murs, l'église a pris, en 587, le nom de la sainte vénérée dont elle abrite le tombeau depuis sa mort : Sainte-Radegonde. Un parvis de justice du XVème siècle permet d'accéder à l'église, reconstruite aux XIème et XIIème siècles puis complétée au XVe siècle par des parties gothiques.

IMG_4553 [Web520]

La nef conduit au tombeau de Sainte-Radegonde, situé sous le choeur. On peut remarquer la beauté des chapiteaux, découvrir la crypte, ainsi que le sarcophage devant lequel se trouve une statue de marbre offerte par la reine Anne d'Autriche.

15. PRISON DE SAINTE RADEGONDE.

Dans la cour d'un immeuble moderne situé dans une rue voisine de l'église, un petit bâtiment serait la prison de Sainte-Radegonde.

IMG_4574 [Web520]

 

16. LE PONT NEUF.

IMG_4591a [Web520]

Pour saisir d'un seul coup d'œil la ville, il faut traverser le Clain sur le Pont Neuf et se rendre aux Dunes en passant devant la statue de Notre-Dame qui étend son bras protecteur sur Poitiers.

IMG_4582 [Web520]

En traversant le Pont Neuf, on ne manquera pas de profiter de la vue sur le cours paisible du Clain et sur les reliefs qui bordent les rives de la rivière et s'entaillent parfois de falaises rocheuses.

IMG_4578 [Web520]
 

17. POINT DE VUE DES DUNES.

Il est malheureusement impossible de grimper aux pieds de la statue, mais un peu plus loin, un point de vue permet d'admirer le paysage. De là, le regard découvre la vallée du Clain, les rues tortueuses, les toits en ardoises et en tuiles, les chevets de plusieurs églises dont celui de la cathédrale et de Ste-Radegonde toute proche.

IMG_4610 [Web520]

On redescend en ville par de raides escaliers avant de repasser le cours paisible du Clain.

IMG_4620 [Web520]

 

18. LE PONT JOUBERT.

Le Pont Joubert est aussi un magnifique endroit pour profiter de la vue sur la vallée et le chevet de l'église Sainte-Radegonde qui découpe sa silhouette dans un ciel éclairé par un soleil couchant et mire son reflet dans l'eau paisible du Clain tandis qu'en aval les falaises brillent encore au soleil. Un pur instant de bonheur paisible...

IMG_4629a [Web520]

IMG_4629 [Web520]

IMG_4636a [Web520]

 

19. HOTEL DE ROCHEFORT.

Jean de Moulins, secrétaire de Louis XI et seigneur de Rochefort (en Mirebalais), fait élever ici un hôtel au XVe siècle. L'édifice actuel est reconstruit au début du XVIIe siècle pour Isaïe Brochard, maire de Poitiers en 1617 et Charlotte de Moulins de Rochefort, son épouse.

IMG_4416 [Web520]

Comme la plupart des demeures de la bourgeoisie et de la noblesse bâties à cette époque, celle-ci s'inspire des modèles parisiens : le pavillon d'entrée s'ouvre sur la rue par une porte cochère, le logis principal est placé au milieu de la parcelle, entre cour et jardin.

IMG_4417 [Web520]

IMG_4418 [Web520]

En remontant de la vallée vers le centre-ville, on parcourt les vieilles rues de la ville qui présentent de belles demeures anciennes et des hôtels particuliers dont les cours intérieures peuvent parfois dévoiler des choses insoupçonnées, pour autant que l'on puisse y pénétrer subreptissement en respectant la quiétude des lieux.

IMG_4406 [Web520]

IMG_4666 [Web520]

 

SOURCES DOCUMENTAIRES.

La mairie de Poitiers propose trois itinéraires pour visiter la ville. Ceux-ci sont marqués au sol par des traits de couleur qu'il suffit de suivre. Aucun risque de se perdre ou de rater une curiosité de la ville! Et rien de tel que de visualiser des balades vituelles pour se convaincre d'aller visiter Poitiers...

Les principaux musées de la ville de Poitiers dévoilent aussi leur trésors sur le site qui leur est consacré, mais il faut aussi, avant de partir, consulter les sites touristiques consacrés à la Vienne et à Poitiers.

La consultation de la liste des monuments de Poitiers pourra vous aider à faire un choix dans vos priorités et la documentation du Ministère de la Culture qui y est consacrée vous donnera toutes les informations requises pour ne rater aucun détail.

Quant à l'église Notre-Dame-la-Grande, elle est parfaitement décrite dans l'encyclopédie Wikipédia, immense réservoir documentaire.

Le Futuroscope est aussi un "incontournable", même s'il est plutôt consacré aux techniques cinématographiques plutôt qu'au technologies du futur. Ne rattez pas le cinéma en 3D (vraiment bluffant!) et le spectacle en soirée sur le lac!

18:00 Écrit par Luckybiker dans Villes | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : poitiers, eglise, musee |  Facebook |

24/11/2007

Forest: art nouveau et art-déco autour du parc Duden


Agrandir le plan

Au départ de la place St-Denis à Forest, celle promenade d'environ 6,5km nous mène à la découverte du centre du vieux Forest, du parc Duden et des habitations Art Nouveau et Art Déco qui le borde et du nouveau Centre d'Art Contemporain du Wiels.

Forest_4793 - Ancienne abbaye [520x390 pour skynetblogs]

L'abbaye de Forest fut fondée au XIIe siècle pour accueillir les mères, épouses et soeurs de seigneurs partis en croisades. Les bâtiments néo-classiques actuels sont dus à Laurent-Benoît Dewez, premier architecte à la cour de Charles de Lorraine qui posa lui-même la première pierre de l'abbaye. Les bâtiments eurent à souffrir de la Révolution française, l'église abbatiale ayant toalement disparu. Subsistent un pavillon d'entrée, un magnifique portique et deux corps de logis. L'ensemble appartient actuellement à la commune de Forest qui les racheta en 1964.

Forest_4802 - Egl St-Denis [520x390 pour skynetblogs]

L'église Saint-Denis est l'une des plus anciennes de l'agglomération bruxelloise puisqu'elle fut fondée au VIIe siècle, bien avant l'abbaye voisine. Dans son état actuel, l'édifice comporte des parties datant des XIIe, XVe et XVIIIe siècle, une importante restaurantion ayant été réalisée en 1925. Cette église extérieur ("buite kerke") était affectée à la paroisse, l'église intérieure à l'abbaye ("binne kerke") ayant été détruite à la Révolution.

Forest_4809 - Maison communale [520x390 pour skynetblogs]

La Maison communale de Forest fut construite entre 1935 et 1938 sur les plans de Jean-Baptiste Dewin dans le style Art-déco. Dominée par une tour de 50 mètres de haut, la structure du bâtiment est en béton recouvert de brique jaune et de pierre bleue qui egayent la façade. La rigueur géométrique de l'édifice se retrouve à l'intérieur. Le bâtiment est décoré d'oeuvres d'art dues à Victor Rousseau qui évoque l'artisanat local et les vertus familiales. les vitraux sont dus à Georges Balthus et Florent Colpaert.

Forest_5213 - Parc Duden-Ancien chateau [520x390 pour skynetblogs]
Le parc Duden était à l'origine une propriété de l'abbaye de Forest. Acquis par Mosselman en 1829, il fut revendu ensuite à Guillaume Duden, riche négociant en dentelle d'origine allemande qui le légua en 1895 à Léopold II pour le rattacher au parc de Forest voisin créé par le roi en 1875 sur les plans de l'inspecteur-voyer Victor Besme.

Le château Duden fut construit en 1873 dans un style néo-classique. La façade d'entrée est marquée par une marquise vitrée en forme de baldaquin. La façade arrière domine une déclivité et est encadrée de deux avant-corps couronnés de toits en dôme encadrant une terrasse couverte ultérieurement par une serre. le bâtiment est actuellement occupé par l'Institut National de Radio-Electricité et de Cinématographie.

Forest_5217 - Parc Duden Ecuries du chateau [520x390 pour skynetblogs]
Face à l'entrée du château Duden, les anciennes écuries sont construites en brique avec toitures à lucarnes et une tourelle d'escalier coiffée d'un clocheton.

Forest_5221 - Parc Duden-Ancienne conciergerie [520x390 pour skynetblogs]
Plus loin, à l'entrée du parc, l'ancienne conciergerie est un bâtiment en brique de style néo-renaissance flamande de la fin du XIXe siècle.

A l'autre extrémité du parc, derrière l'Union St-Gilloise, se trouve l'ancienne villa Mosselman, premier propriétaire du domaine.

Forest_5093 - Avenue Victor Rousseau 74 [520x390 pour skynetblogs]

Le n°74 de l'avenue Victor-Rousseau est du à l'architecte François Van Meulecom qui l'édifia vers 1935 dans le style Art-déco. En façade, deux pignons jumelés encadrent une loggia. Le traitement chromatique de la façade est très prononcé et est marqué par des bandes horizontales qui parcourent toute la largeur de la maison à hauteur des linteaux de fenêtres.

Forest_5100 - Avenue Victor Rousseau 33 [520x390 pour skynetblogs]

Le n°33 de l'avenue Victor-Rousseau est également dû à François Van Meulecom ainsi que le n°32 qui lui fait face. Ici, la raideur disparaît au profit de lignes arquées. L'esthétique de la façade a été modifiée par la création d'un étage mansardé ainsi que le remplacement des châssis et des vitrages originaux.

Forest_5105 - Avenue Victor Rousseau 32 [520x390 pour skynetblogs]

Le n°32 de l'avenue Victor-Rousseau, construit en 1923 comme le n°33 par François Van Meulecom se caractérise par sa géométrie orthogonale, ses retraits de façade sous une toiture en avancée et un rez-de-chaussée en retrait trapézoïdal qui crée trois travées avec un seuil d'entrée protégé par un auvent et une grille.

Forest_5106 - Eglise St-Augustin [520x390 pour skynetblogs]

Sur la Place de l'Altitude-Cent, l'église Saint-Augustin est due à Léon Guianotte et André Watteyne qui la construisirent vers 1934 dans un style Art-déco inspiré du Bauhaus. Le projet initial, interrompu par la guerre 14-18, devait compléter la création du nouveau quartier résidentiel du promoteur immobilier Alexandre Bertrand.

Etabli sur un plan de croix bizantine à quatre branches égales, l'église en dominée par une tour carrée de 54 mètres de haut dont les fenêtres étaient à l'origine la source principale d'éclairage de l'édifice, les fenêtres inférieures décorées de vitraux n'ayant été perçées qu'en 1944.
 Forest_5109 - Avenue Besme 65-67 [520x390 pour skynetblogs]

L'architecte des n°65-67 de l'avenue Besme, construits en 1932, n'est pas connu. Au centre, les deux entrées jumelées sont surmontées d'un applique triangulaire et d'un jour circulaire. Le bâtiment se caractérise par ses quatre niveaux différents: le rez-de-chaussée orthogonal avec ses garages, un niveau en brique avec des baies arquées, un étage avec un décor à pans de bois et un étage mansardé avec plaquettes de terre cuite.

Forest_5112 - Avenue Besme 103 [520x390 pour skynetblogs]

Le n°103 de l'avenue Besme fut créé en 1903 par l'architecte Alphonse Boelers dans le style Art nouveau. Le soubassement du rez-de-chaussée est en pierres bleues toutes en courbes. La courbure des ornements en pierre qui encadrent la baie et le rayonnement des montants du châssis donnent l'impression d'un arc outrepassé. Les arabesques des ferronneries sont également remarquables. On note aussi la tourelle au-dessus de la porte d'entrée et la travée d'angle du bâtiment.

Forest_5122 - Avenue Besme 107-109 [520x390 pour skynetblogs]

Les n°107-109 de l'avenue Besmes ont été construits en 1932 par Albert Callewaert qui est également l'architecte du stade de l'Union Saint-Gilloise. Le bâtiment est d'un modernisme discret et très équilibré.

Forest_5128 - Square de la Délivrance-Naïades-Alfred Blondel [520x390 pour skynetblogs]

En face, dans le square de la Délivrance, on remarque la fontaine de Naïades due au sculpteur Alfred Blondel.

Forest_5132 - Villa Beau-Site Avenue du Mont Kemmel 5 [520x390 pour skynetblogs]

La Villa Beau-Site, au n° 5 de l'avenue Mont-Kemmel, se caractérise par sa loggia circulaire dans laquelle s'ouvre une porte-fenêtre à arc outrepassé. Le rez-de-chaussée en pierre bleue contraste avec les étages en brique émaillées polychromes. La corniche est interrompue par un fronton orné d'un vase et est soutenue par des consoles décroissantes.

Ce bâtiment construit en 1905, est la première oeuvre de l'architecte Arthur Nelissen qui la réalisa à l'âge de 27 ans. Ce monument de l'Art nouveau est une véritable référence dans l'histoire de l'architecture. Les oeuvres suivantes d'Arthur Nelissen, comme la maison voisine au n°4, furent malheureusement moins remarquables.

Forest_5134 - Villa Beau-Site Avenue du Mont Kemmel 5 [520x390 pour skynetblogs]

Cette maison du n°6 de l'avenue du Mont-Kemmel, construite la même année que sa voisine de droite, se caractérise par son superbe décor de carreaux de céramique à motifs floraux et par l'élan ascensionnel de l'entrée culminée par une lucarne-pignon qui évoque le style gothique. La maison a été conçue par Célestin Helman, propriétaire de la manufacture qui a réalisé le décor en céramique de la façade.

Forest_5142 - Av des Villas Obsessions Michel Hoppe [520x390 pour skynetblogs]

Au centre du rond-point de l'avenue des Villas, la sculpture due à Michel Hoppe révèlent les "Obsessions" de son auteur.

Forest_5143 - Egl Ste-Alène Av des Villas 49 [520x390 pour skynetblogs]

Au n°49 de l'avenue des Villas, sur la commune de Saint-Gilles, l'église Sainte-Alène, terminée en 1951, est de l'architecte Roger Bastin. La façade, austère et monolytique, est découpée par le porche d'entrée couvert d'une sculpture en acier toute symbolique et due à Van Albada.

Forest_5146 - Place de Rochefort [520x390 pour skynetblogs]

Sur la place de Rochefort, on remarque une belle sculpture d'esprit tout à fait classique.

Forest_5147 - Wiels - Expo Yayoi Kusama [520x390 pour skynetblogs]

Au n°354 de l'avenue Van Volxem, l'architecte Adrien Blomme édifia, au début des années 1930, la salle de brassage de l'ancienne brasserie Wielemans-Ceuppens. Le rez-de-chaussée de ce bâtiment était alors la plus grande salle de brassage d'Europe avec huit immenses cuves en cuivre. Les salles supérieures étaient destinées au stockage des matières premières et à la mouture du grain. Fermée en 1988, la brasserie faillit disparaître complètement mais fut sauvée grâce à l'intervention  de la Fonderie, centre d'histoire industrielle de la région bruxelloise. Longtemps abandonné, le bâtiment fut restauré par le bureau Art & Build. Le Wiels, centre d'art contemporain, y ouvrit ses porte au printemps 2007.

Forest_5184 - Av Van Volxel 303 [520x390 pour skynetblogs]

En 1907, Paul Hamesse et ses frères conçurent les plans de cette maison-atelier au 303 de l'avenue Van Volxem. La façade Art nouveau géométrique est surmontée d'un étage mansardé qui provoque une rupture dans l'encorbellement de la corniche.

Forest_5187 - Ferronnerie Alexandre Av Van Volxem 256-262 [520x390 pour skynetblogs]

De 1923 à 1929, Paul Bonduelle réalisa cette habitation et ces bureaux des n°256-262 de l'avenue Van Volxem. Cette commande était destinée à F.Alexandre, propriétaire d'ateliers de ferronnerie. La façade de l'habitation, en brique rose et pierre blanche est perpendiculaire à la rue. Outre ses ferronneries, cette maison Art-déco est également caractérisée par une corniche débordante à caissons.

Forest_5193a - Ferronnerie Alexandre Av Van Volxem 256-262 [520x390 pour skynetblogs]

Le portail qui s'ouvre à gauche de l'habitation donne accès aux ateliers. Il est évidemment caractéristique du style en vogue à l'époque et de l'habileté des ateliers Alexandre.

Forest_5198 - Av Van Volkxem 242 [520x390 pour skynetblogs]

On remarquera un peu plus loin, au n°242 de l'avenue Van Volxem, une habitation avec de belle caryatides en pierre, supportant un balcon en bow-window.

Forest_5204 - Union St-Gilloise Chaussée de Bruxelles 223 [520x390 pour skynetblogs]

L'union Saint-Gilloise s'installa sur le terrioire forestois du parc Duden en 1914. L'architecte Albert Callewaert y construisit en 1926 le bâtiment Art-déco abritant les guichets et les tribunes. Au centre, l'enseigne du club est gravée dans la pierre. Des reliefs du sculpteur Oscar De Clerck représentent différentes disciplines sportives au-dessus de chacune des sept fenêtres.